Conclusion

Notre bilan !

   Le chewing-gum a acquis sa popularité par son évolution au cours du temps et particulièrement ces dernières années par les techniques de marketing modernes. Mais aussi au développement de sa composition chimique et de la diversité des nouveaux chewing-gums ayant des effets divers sur l'organisme et l'environnement.

   En effet, nous savons dorénavant que le chewing-gum, confiserie très ancienne, aujourd’hui rendue plus incroyable avec sa composition complexe et unique, possède nombreux effets aussi bien positifs que négatifs pour l'organisme. Il possède beaucoup de bienfaits au niveau buccal (privilégier un chewing-gum sans sucre) mais en même temps il possède autant d'inconvénients au niveau intestinal. Néanmoins il peut accélérer le processus de digestion et ainsi le faciliter mais en contrepartie il provoque des troubles intestinaux et à fort excès une fatigue des muscles qui articulent la mâchoire. Sa composition en industrie révèle des éléments chimiques très nocifs pour l'organisme mais ce n'est pas tout !

   Son effet sur l'environnement est d'autant plus ravageur. Il suffit de sortir pour marcher dans les rues et de voir les conséquences de ce produit. Par conséquent, nous vous proposons à vous, lecteurs quelques solutions à appliquer. Le chewing-gum au même statut que d'autres produits tel que l'alcool et autres additifs possède des effets très négligeables lorsqu'ils sont consommés de façon abusive. C'est pourquoi il faut le consommer avec modération, il doit être un plaisir ou un moyen utile et non pas quelque chose de vital !

   Essayons d'en consommer après un bon repas, ses effets positifs seront alors à leur paroxysme ! Ou alors pour avoir une haleine fraîche de temps en temps mais qu'il ne devienne pas une addiction et un besoin.

  Du côté de l'environnement, nous sommes responsables de nos actes. Et comme disait Aristote : "Nous sommes maîtres de nos actes depuis le principe jusqu'à l'achèvement, quand nous en connaissons les circonstances particulières." En ne faisant qu'un simple geste nous pouvons sauvegarder la propreté de notre milieu et celui des autres. Une chose aussi simple que de jeter son chewing-gum peut-être le début d'un engrenage plus important. On épargnera la vie d'un oiseau, qui sait ?

 

 Travail complémentaire !  :

 Afin de peaufiner notre TPE nous avons réalisé un sondage grâce au service du site internet Google. Celui-ci comporte une série de questions, certaines étaient personnelles et d’autres demandaient des connaissances sur le sujet , vous pouvez répondre à ce sondage en cliquant ici et voir le résumé des réponses ici. Nous avons quand même réussi à avoir 60 réponses de différentes personnes !

   

  La tranche d’âge qui a répondue au question va majoritairement de 16 ans (avec 40%) à 17 ans (avec 16%) et il y a eu plus de réponses venant de garçons ( 63%) que des réponses venant de filles (39%).

Nous pouvons remarquer que la majorité des jeunes consomment des chewing-gum de façon régulière ou de temps en temps, qui proviennent de grandes marquent commercialisées et pour avoir une haleine fraîche. Ce qui est un bon point si il est mâcher aux moments propices.

  En revanche 24 % soit un peu plus de 1/5 des personnes en consomment de façon excessive ce qui est assez inquiètant s'il ne connaissent pas ses effets.

Nous pouvons voir également que plus de la moitié des personnes gardent leurs chewing-gum au moins 10 minutes dans leur bouche et les préfèrent sucrés (69%) plutôt que non sucrés (34%).Plus de 30 % des gens gardent leur chewing-gum aux alentours d'une heure ce qui est assez inutile car au delà bout de 10 minutes le chewing-gum perd de son efficacité antibactérienne. 

   Ce qui est rassurant c’est que le pourcentage de personnes déclarant avaler leur chewing-gum (8%) ou le jeter par terre (31%) est plus faible que le pourcentage de personnes le déclarant le jeter dans une poubelle (71%).  

En revanche, il reste un pourcentage assez élevé de personnes ne sachant pas que le chewing-gum peut avoir des effets néfastes sur leur organisme (53% contre 50%).

Les commentaires sont clôturés

×